Publication : L'ecodesign

Complexité et méthodes utilisées

Concevoir un produit en tenant compte de préoccupations écologiques est une tâche délicate.

En particulier, la multiplicité des paramètres à prendre en compte rend les comparaisons parfois difficiles, même entre produits remplissant la même fonction. L'accent doit donc être mis sur les méthodes utilisées pour évaluer la qualité écologique des produits.

L'Analyse du cycle de vie des produits (ACV) est une méthode d'évaluation déjà bien codifiée par ceux qui la pratiquent. Son originalité réside dans le fait qu'elle étudie un produit "du berceau à la tombe" c'est à dire depuis l'origine située dans la nature (lieux de prélèvement des ressources) jusqu'à son inefficacité dans sa fonction originelle. On suit ainsi ce que l'on appelle "le cycle de vie" du produit : sa production, sa distribution, son utilisation et enfin sa valorisation ou son élimination .

Analyse du cycle de vieL'ACV passe par le recueil de nombreuses données quantitatives concernant les flux de matières et d'énergie. Ainsi on cherche à connaître les consommations et les rejets (dans l'eau, dans l'air et sous forme de déchets) à chaque étape du cycle de vie du produit. On obtient un tableau de chiffres appelé "Inventaire de cycle de vie" ou "Ecobilan", dont il s'agit ensuite d'interpréter les résultats en terme d'impacts sur l'environnement et sur les ressources. Une étude d'ACV renseigne de façon détaillée sur les problèmes écologiques liés à un produit et sur leur origine dans son cycle de vie. La dénomination "évaluation simplifiée" de l'éco-conception est destinée à bien marquer la différence par rapport à L'ACV. On continue cependant à considérer le produit "du berceau à la tombe". Une évaluation simplifiée se justifie par un souci de pragmatisme et son ambition est plus modeste que l'ACV. On peut d'ailleurs commencer par une évaluation simplifiée et approfondir progressivement par la suite, éventuellement jusqu'à une étude d'ACV complète plus coûteuse, si le besoin s'en fait sentir. A la recherche du meilleur compromis, le concepteur procède par sélection et combinaison de solutions : choix de matériaux, production, emballage et logistique, utilisation, fin de vie. Même si plusieurs mois ou années séparent parfois ces différentes étapes, tout se joue dès la conception : les caractéristiques initiales du produit détermineront, en grande partie, les possibilités de valorisation en fin de vie.

L'objectif prioritaire est la minimisation des impacts. Le concepteur vérifie que la modification envisagée du produit ne va pas dégrader d'autres caractéristiques du produit ou, pour le moins, que cette dégradation sera compensée par les bénéfices attendus.


Ressources Multimédia

Ressources bibliographiques

  • Bruno Peuportier - Eco-conception des bâtiments et des quartiers - Paris MinesTech, 2009
  • Laurent Grisel, Georges Duranthon - Pratiquer l'éco-conception - Association Française de Normalisation, décembre 2001

Commentaires

Aucun commentaire n'a été posté.

Seuls les utilisateurs enregistrés peuvent poster des commentaires. Si vous disposez d'un compte, . Vous pouvez aussi créer un compte.